Comment convaincre un candidat en cybersécurité d’intégrer votre société !

«Je suis en poste, je gagne bien ma vie et mon entreprise à un nom prestigieux : pourquoi devrais-je vous rencontrer ?!»

c’est souvent ce que me disent mes candidats en cybersécurité.

C’est à travers une conversation avec l’un de mes clients que je me suis posé la question de la rémunération comme élément moteur dans l’acceptation d’une offre de poste. Mon client avait du mal à admettre que le salaire soit le principal élément dans les changements de poste.

Durant mes études on m’a appris que le salaire n’était pas forcement l’élément principal de motivation au travail, j’y ai appris ceci

Bien souvent, les éléments de bien-être au travail, de bonne relation avec les collègues ne sont pas réellement perceptibles lors de l’entretien d’embauche et ne rentrent en compte qu’à l’intégration du candidat afin de les maintenir dans la société.

Pour rappel, le marché de la cybersécurité est en pénurie de main d’œuvre et une majorité des entreprises ont des politiques d’intégrations et de gestion de carrières dans l’optique de retenir les talents.

Alors, quels sont les éléments qui incitent un candidat qui se sent bien dans sa société à accepter une nouvelle opportunité professionnelle ?

Le plus difficile dans ce métier est d’inciter le candidat à se mettre à l’écoute du marché.

Le premier constat est que la rémunération est le socle sur lequel est basé le choix du candidat.

Il y a très peu de candidats qui acceptent une nouvelle opportunité avec une baisse de rémunération, même s’il s’agit d’un poste au sein d’une société plus prestigieuse ou avec plus de responsabilités. Certains peuvent accepter de maintenir la même rémunération si le futur emploi est en capacité de pouvoir leur apporter une vraie plus-value pour la suite. Mais souvent, les sociétés souhaitent recruter des personnes opérationnelles tout de suite et donc miser sur des compétences existantes.

Le marché de la cybersécurité est en pénurie et toutes les entreprises adoptent une stratégie afin de conserver leurs talents ! De fait, le principal élément de compétitivité est la rémunération. Un candidat ne rentre en processus de recrutement que s’il peut avoir une augmentation de rémunération. La réponse à ceci est : « je suis en poste, je gagne bien ma vie et ma société m’apporte entière satisfaction » .

Le second constat est qu’un changement de type d’entreprise ou de poste peut être un élément favorable à l’acceptation d’une proposition d’embauche. Beaucoup de candidats issus de sociétés de services souhaitent un jour ou l’autre intégrer un client final, mais peu sont prêts à diminuer leur rémunération. Par contre, ils peuvent accepter de changer de poste pour la même rémunération (c’est rare, mais possible). De même, entre deux sociétés de services, la rémunération sera décisive !

Le troisième constat est que la réputation de la société est un élément moteur, mais aussi un frein ! En effet, il arrive bien souvent que des candidats refusent d’entrer en processus de recrutement car ils ont une mauvaise image de la société. Une fois que le candidat commence le processus de recrutement, il faut le convaincre d’intégrer la société.

Mon analyse est plus mitigée à ce stade.

La rémunération reste l’élément moteur dans l’acceptation de la proposition d’embauche mais d’autres éléments entrent en jeux.

Le candidat connait mieux la société, notamment à travers le processus de recrutement qui donne plus de visibilité sur la culture d’entreprise. C’est un petit thermomètre qui permet de mesurer les valeurs véhiculées par la société. A mon sens, les entreprises doivent soigner le processus de recrutement afin de séduire les candidats. Il ne s’agit pas de sortir le grand jeu mais simplement de montrer qu’on a de la considération envers le candidat et qu’on est professionnel. A ce niveau, les éléments qui font pencher la balance (en plus de la rémunération) sont :

  • La réactivité de la société à apporter une réponse aux candidats
  • La prise en compte des attentes du candidat dans la proposition d’embauche (une proposition d’embauche inférieur aux attentes peut être vue de manière négative par le candidat)
  • Le respect des engagements contractuels
  • Le sentiment que la société accorde de l’importance aux valeurs humaines
  • Le feeling avec son futur manager

Aussi, j’ai rencontré des candidats ayant refusé des propositions d’embauche avec une belle augmentation de rémunération et un nom prestigieux car ils ne partageaient pas les valeurs de l’entreprise (souvent c’est parce qu’ils ont le choix avec une autre opportunité), d’où l’importance de soigner le processus de recrutement et l’expérience candidat.

J’ai également vu un candidat accepter une proposition d’embauche au sein d’une société car cette dernière avait été très réactive (il avait eu une proposition supérieure à son salaire actuelle).

Dans la cyber sécurité, la rémunération est un élément moteur pour changer d’entreprise, mais ce n’est pas le seul.

Souvent, les candidats sont attachés à des valeurs et si l’entreprise ne véhicule pas ces valeurs à travers le processus de recrutement, le candidat est en capacité de pouvoir refuser la proposition d’embauche.

La rémunération est un sujet tabou en France et beaucoup d’entreprises ont encore du mal à se faire à l’idée que les candidats ont un comportement dynamique vis-à-vis de la rémunération.

Je vous invite à nuancer mes propos et me dire quelles sont vos motivations pour changer d’entreprise.

Écrit par Ersun

Uncategorized